Pack "Une volonté d'acier pour une ligne idéale"

Vous voulez rester motivé(e) à bloc tous les jours pour vous affiner ?

Je veux profiter de l'offre


le BLOG Switchform



Témoignage : « Je suis un ancien gros et pas encore mince »

Témoignage : “Je suis un ancien gros et pas encore mince !”
Partager sur Facebook

Étant petit, j’ai toujours eu accès à ce que tous les enfants pouvaient espérer. Que ce soit les vacances, les loisirs, la culture, l’accès à l’école, le confort matériel et la nourriture, je n’ai jamais manqué de rien. Enfant, adolescent, étudiant, j’ai toujours été mince. Je ne m’étais jamais posé la question de savoir si ce que je mangeais était bon pour ma santé ou non. J’avais faim donc je mangeais. J’aimais la charcuterie, le pain, le coca, la viande, les frites… Comme toute personne de mon âge me direz-vous ! Même si en sortant de boîte de nuit à 4h du matin avec les copains, on allait se manger un sandwich américain, je restais mince ! Dans ma famille, le repas a toujours été un moment privilégié. Bien manger était synonyme de bonne santé. Lorsque notre grand-mère cuisinait, nous étions les premiers assis. Pour rien au monde je n’aurais laissé ma place !

Et puis un jour, j’ai commencé à grossir… Sans m’en rendre vraiment compte… Je me disais que ce n’était pas grave, que c’était “normal”, mais malgré tout, je commençais à avoir un petit ventre. Lorsque j’ai commencé à travailler, j’effectuais beaucoup de déplacements. Les trajets étaient longs et la fatigue omniprésente. Je mangeais très souvent au restaurant. Le steak frites ou la pizza étaient devenus mes deux meilleurs amis ! En même temps, il vaut mieux faire envie que pitié, non ? Du moins, c’est ce que je me disais. À 30 ans, je faisais 85 kilos. Mes collègues ont commencé à m’appeler “Gros”. À vrai dire, ça ne me choquait pas spécialement. Je trouvais que mon embonpoint m’allait très bien, et que ce surnom me correspondait bien !
Régulièrement, je me disais qu’il fallait que je me mette au régime même si, entre nous, je n’y croyais pas du tout. Ça trottait dans ma tête chaque jour.

J’ai ensuite rencontré mon épouse, et nous avons eu notre premier enfant ! Quel bonheur ! Mais, tranquillement, je suis monté à 94 kilos. Les rondeurs, qui auparavant me convenaient, sont devenues de plus en plus difficile à accepter. J’ai alors décidé de me prendre vraiment en main et de vivre ma propre expérience Switchform.  Lorsque j’ai décidé de perdre du poids, je savais que j’allais atteindre mon objectif avec la méthode Switchform pour trois raisons :
La première, parce qu’on m’a parlé d’encadrement alimentaire et non pas d’un régime. Le terme encadrement prend tout son sens dans le fait que j’étais encadré.
La deuxième, c’est que chaque semaine, j’avais rendez-vous avec une diététicienne qui m’accompagnait et me conseillait telles ou telles recettes. C’était entièrement personnalisé. Je faisais régulièrement le point sur ma perte de poids, et c’était encourageant. Peu de temps après, la balance n’était plus ma hantise mais mon challenge !
La troisième raison, c’est que je l’ai pris comme un jeu, voir comme un défi ! Et c’est, je pense, ce qui m’a permis de tenir.

Au départ, j’étais extrêmement motivé. J’ai fait attention de me lancer dans cette démarche à un moment bien précis. J’ai pu faire également 3 mois sans alcool. Cette fois-ci, j’avais la volonté. Je ne me suis pas dit : “Allez, c’est partit, je me mets au régime !”, pour que finalement, 3 jours après, il n’y ait plus personne. Cette fois-ci, j’avais un objectif très précis : faire tel poids à telle date.
Au départ, j’ai beaucoup perdu puis stagné. C’est l’aspect psychologique qui a re-déclanché ma perte de poids. La question était simple : quels bénéfices vais-je avoir à être mince ? Pourquoi suis-je devenu comme ça ? Pourquoi en suis-je arrivé là ?
J’ai de nouveau perdu du poids, également par le fait que je n’avais tout simplement pas l’impression d’être au régime. On associe souvent le mot “régime” à “privation”. Encadrement = façon différente de manger.

Aujourd’hui et après quelques mois de travail, je suis descendu en dessous des 75 kilos ! Mon objectif était de faire 76 kilos. En toute transparence, je me sens bien, plus en forme et mieux dans ma peau. Je me sens tellement bien, que maintenant, j’ai envie de descendre tranquillement vers les 72 kilos. Sans pour autant me priver d’un repas de fête ou d’un barbecue. Même si je dois encore faire attention, mes habitudes alimentaires ont radicalement changé. Tout comme un ancien fumeur, je suis un ancien gros et pas encore un mince !

Partager sur Facebook

Découvrez régulièrement le témoignage d'anciens clients Switchform. Un grand merci à eux pour leur collaboration.

Vous souhaitez que l'on aborde
un sujet particulier ?