Offre spéciale jusqu'au 28/02/2019

Pack "Une volonté d'acier pour une ligne idéale" pour seulement 149€ au lieu de 369€ !

Je veux profiter de l'offre


le BLOG Switchform



La collation et le goûter : pour qui, quand, comment ?

La collation et le goûter : pour qui, quand, comment ?
Partager sur Facebook

La collation est un repas léger que l’on prend généralement en dehors des repas, dans la matinée ou dans l’après-midi, à l’heure du goûter après l’école, ou aux heures de pauses.

La collation et le goûter, pour qui ?

Certaines personnes, qui ont peu d’appétit ou des capacités digestives faibles, ne peuvent pas consommer les quantités d’aliments nécessaires pour leur permettre de tenir jusqu’au prochain repas. Il leur faut donc rajouter des collations dans la journée afin de pouvoir couvrir l’ensemble de leurs besoins journaliers. Par exemple, les enfants ont un petit appétit et un petit estomac, et pour leur croissance et compenser leurs dépenses d’énergies importantes au cours de leur journée, le goûter à 16h est le bienvenu. De plus, il va leur permettre de tenir plus facilement jusqu’à l’heure du dîner.
Lorsque l’on est pris de fringale vers 17h ou que l’on sait que l’on va dîner tard, il est également conseillé de prendre une collation. Celle-ci nous aidera à tenir jusqu’au dîner et nous évitera de craquer sur n’importe quoi et en quantité.
La collation peut également pallier les manques du petit-déjeuner ou déjeuner, s’ils n’ont pas été suffisamment complets.

De quoi se compose le goûter ou la collation ?

Le goûter ou la collation, n’est pas un repas complet, mais un en-cas, par conséquent, il doit être léger.

  • On peut consommer des fruits. Ils seront mieux digérés à ce moment-là qu’à la fin d’un repas, car ils ne seront pas mélangés au reste du bol alimentaire, ce qui évitera aux fruits de rester trop longtemps au niveau de l’estomac, et qu’ils macèrent. Ainsi, ils seront plus facilement digérés et assimilés. Ils peuvent être consommés sous forme de compote ou de purée de fruits.
  • Consommer des glucides à index glycémique bas ou moyen, pour aider le corps à tenir plus longtemps, comme du pain complet. Dans ce cas, il est possible de ne pas en consommer au dîner afin d’équilibrer ses apports caloriques de la journée. Le dîner sera ainsi plus léger et digeste, ce qui est favorable lorsque l’on est contraint de manger tard.
    Pour plus d’informations sur les index glycémiques, vous pouvez consulter notre article « Index glycémique : responsable de votre faim ? ».
  • Une poignée de fruits oléagineux comme les amandes ou les noisettes, peut également être prise en collation, ils sont riches en bonnes graisses et en minéraux. Vous trouverez plus d’informations sur les bienfaits des fruits oléagineux dans notre article « Les oléagineux : noix, amandes… Riches en bonnes graisses! ».
  • On peut également accompagner sa collation d’une boisson chaude, thé, café ou infusion.

La part du goûter doit représenter 10 à 15% des apports journaliers.

Dans quelles conditions prendre une collation ?

Elle doit être prise à table, sans distraction comme les jouets pour les enfants, ni devant la télévision. Prendre la collation au moins 2h avant le repas, pour avoir de nouveau de l’appétit.

Les risques :

  • Si vous prenez une collation ou un goûter : vous risquez de ne pas respecter le délai de 2h entre la collation et le prochain repas, de trop manger, de manger des produits sucrés, industriels, qui ne tiennent pas au ventre et qui vous donneront faim dans l’heure qui suit.
  • Si vous ne prenez pas de collation ou de goûter : vous risquez de grignoter en préparant le dîner, ou grignoter sans fin de petites quantités d’aliments sur une longue durée (fromage, pain, bonbons, chocolat…), de sur-dévorer au dîner.

Avec ou sans collation, le risque est de manger plus que vos besoins journaliers nécessaires et par conséquent, de prendre du poids.

La faim est un signal qu’envoie le corps lorsqu’il a besoin d’énergie. À ce moment-là, l’appareil digestif est prêt à recevoir et digérer les aliments. Il est important de différencier la faim avec « l’envie » de manger, par ennui ou par habitude, car à ce moment-là, ce ne sera que des calories en plus, dont votre corps se serait bien passé, et qui seront stockées.

Partager sur Facebook

Diététicienne diplômée, coach nutritionniste, diététicienne en Médecine Traditionnelle Chinoise, formée à la méthode Switchform depuis plus de 8 ans, franchisée Switchform à Grenoble. "Prendre soin de soi, ça s’apprend !"

Vous souhaitez que l'on aborde
un sujet particulier ?